Barbade – Grenade : le match le plus fou de l’histoire

Retour sur la rencontre improbable opposant la Barbade à l’île voisine de la Grenade le 27 janvier 1994 en Coupe caribéenne des nations.

Ce lundi 29 novembre au soir, l’île caribéenne de la Barbade s’est officiellement affranchie la couronne britannique pour devenir la plus jeune république de la planète.

Plus connue pour être le lieu de naissance de la popstar Rihanna que pour son football, cette irruption dans l’actualité de cette île aux 285 000 habitants est pourtant l’occasion de revenir sur l’un des matchs les plus étranges de l’histoire.

Retour sur l’étrange rencontre, qui comptait pour les qualifications à la Shell Caribbean Cup, opposant la Barbade à l’île voisine de la Grenade, le 27 janvier 1994.

Ce jour-là, les Bajan Tridents de la sélection barbadienne reçoivent dans leur stade de Saint Michael, situé en banlieue de la capitale Bridgetown, leurs voisins grenadiens pour l’ultime match de qualification du groupe A des éliminatoires de la Coupe des Caraïbes.

La Grenade est première au classement, la Barbade est dernière : mais une victoire par deux buts d’écart permettrait aux Barbadiens de renverser la situation, et d’ainsi accéder aux phases finales de la compétition régionale qui se tiendront au mois d’avril 1994, à Trinité-et-Tobago.

Le match est couperet, et les locaux ne tardent pas à mettre la pression aux visiteurs, en menant rapidement 1 à 0 dès la première mi-temps. Ils en marquent même un second au retour des vestiaires, qui les qualifie alors, à la simple condition le score ne bouge plus. Sauf qu’à la 83ème minute, les Grenadiens se rebellent et s’en vont réduire l’écart, d’un but un peu casquette : 2-1, les Grenadiens sont de nouveau premiers de leur groupe.

C’est alors que les joueurs de la Barbade vont tirer profit d’une règle spécialement expérimentée par les organisateurs de la compétition. La règle en question ? Un but en or, donc marqué en prolongations, vaut double. À cinq minutes de la fin, les Bajan Tridents sont au bord de l’élimination : leur vient donc l’idée de mettre un but contre leur camp, pour permettre à la Grenade de revenir au score, et d’attendre la fin du temps réglementaire pour pouvoir ensuite bénéficier d’une demi-heure supplémentaire pour marquer un but en or qui compterait double, et qui, de ce fait, les qualifierait. Une stratégie qui amène cette scène invraisemblable où un défenseur et le gardien barbadiens – Terry Sealey et Horace Stoute – se font des passes sur leur ligne de but, avant de propulser le cuir dans leurs propres filets. Le score est de 2 à 2, les équipes se dirigent maintenant vers les prolongations.

Mais la Grenade réagit, car elle a vite compris ce qu’elle doit faire. Marquer, dans n’importe quel but ; tant qu’une des deux équipes l’emporte par un but d’écart, c’est elle qui se qualifie. Les dernières minutes du temps réglementaire sont donc un moment de football exceptionnel, où les Barbadiens doivent défendre des deux côtés du terrain pour pouvoir valider un score nul et passer en prolongations. Ils y parviennent. Et, quatre minutes à peine après le début des prolongations, le Barbadien Trevor Thorne trompe le gardien grenadien d’une reprise de volée du pied gauche, qui finit sa course dans le petit filet. Les Bajan Tridents ont réussi leur coup, et se qualifient pour les phases finales de la Coupe des Caraïbes, dans la liesse générale.

Une qualification insensée, qui ne sera que moyennement du goût du manager de la Grenade, James Clarkson, qui déclare en conférence de presse après le match : « Je me sens trompé. La personne qui a pondu cette règle devrait prendre la direction de l’asile de fous. Nos joueurs ne savaient même plus dans quel sens attaquer. Je n’ai jamais vu ça. Au football, vous êtes censés marquer contre les adversaires, pas pour eux ! ».

Peine perdue : la Barbade ne sera pas punie par la FIFA et verra les phases finales, puisqu’elle n’a fait que respecter le règlement. En revanche, le but en or qui vaut double en sera aussitôt banni.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.