Groenland, une terre de football en quête d’indépendance

Durant le mois d’août se déroule le championnat de football du Groenland. Un tournoi particulier puisque du fait des conditions climatiques il se déroule sur une seule semaine. Le football demeure le sport le plus populaire de ce pays en quête d’indépendance.

Le championnat de football du Groenland reprend cette année en 2022, après 2 ans d’interruption en raison de la pandémie #COVID19.

C’est la 52ème édition de la compétition, la première ayant eu lieu en 1954, il y a de cela 68 ans.

Et oui on joue au football au Groenland depuis de longues années.

Il est l’un des sports les plus populaires du pays avec aujourd’hui près de 76 clubs et 5000 personnes qui ont une licence de football, soit environ 10% de la population.

Ces différents clubs s’affrontent lors du dit championnat.

Plusieurs tournois régionaux sont organisés pour que s’affrontent les nombreuses équipes disséminées dans le pays.

C’est durant la propice période estivale que les 8 finalistes se retrouvent pour un tournoi d’une semaine dans une seule ville.

Il n’est donc pas simple de pratiquer le football en terre groenlandaise.

Le Groenland est un territoire qui se trouve dans l’Océan Arctique et c’est surtout, après l’Australie, l’île la plus grande du monde.

2 millions de km2, presque quatre fois la France.

Toutefois, du fait des conditions climatiques extrêmes, 80 % de la surface est recouverte de glace.

Ce qui explique pourquoi seulement 56 000 personnes y vivent, soit 0,03 habitant au km2.

D’ailleurs, selon la légende, le pays « Greenland » aurait été nommé ainsi pour ces différentes raisons.

Les explorateurs islandais, qui ont découvert l’île au Xe siècle, ont surnommé le pays ainsi pour attirer les futurs colons sur ces terres glaciales.

Pourtant ce territoire hostile, qui est danois depuis 1814, attire les convoitises.

Notamment aujourd’hui, du fait du réchauffement climatique et de la fonte des glaces, les richesses du sous-sol groenlandais (pétrole, or, uranium) sont de plus en plus exploitables.

Ce qui attise l’appétit de nombreux pays, dont les Etats-Unis et la Chine.

Ces nouvelles perspectives et routes maritimes économiques donnent des idées au Groenland, notamment pour être indépendant vis-à-vis du Danemark.

Et c’est là que le football entre en scène.

Le Groenland est un territoire autonome danois qui acquiert de plus en plus d’autonomie depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

En 1979, il obtient son propre Parlement et son gouvernement souverain sur les questions intérieures. Puis son propre drapeau aux couleurs rouge et blanche.

Pratiqué depuis déjà une vingtaine d’années, le football se structure en fédération en 1971.

1 an après la création de son gouvernement souverain, le Groenland s’appuie sur le foot pour asseoir son autonomie. En 1980, l’équipe nationale de football du Groenland est créée.

Les Ours polaires, surnom de l’équipe nationale, effectue leur 1er match contre les Îles Féroé le 2 juillet 1980 en Islande, avec une sévère défaite 6-0.

Après plusieurs autres rencontres, notamment lors des Island Games, le pays entame les démarches pour être membre de la FIFA à partir de 1998.

Une démarche qui a du sens puisque les îles Féroé, aussi territoire autonome danois, sont membres de la FIFA (1988) et de l’UEFA (1990).

Le manque d’infrastructures et les difficultés économiques rencontrées par le Groenland dans les années 1990 retardent le projet.

Un projet finalement relancé au début du XXIe siècle avec l’organisation de matchs amicaux pour montrer la popularité que suscite le football chez les groenlandais.

C’est le cas le 30 juin 2001 avec le match Groenland- Tibet à Copenhague.

Une rencontre tant sportive que géopolitique puisque la Chine menace d’embargo les exportations de crevettes du Groenland en raison de la souveraineté contestée du Tibet.

Le match a finalement lieu et le Groenland bat le Tibet 4 buts à 1 devant près de 5 000 spectateurs.

Histoire assez incroyable que l’équipe du Tibet. Elle a été créée par le danois Michael Nybrandt. Lors d’un voyage là-bas il a tout simplement rêvé pendant la nuit qu’il devenait le coach de l’équipe nationale, alors que l’équipe n’existait pas.

Depuis, le Groenland cherche toujours à se faire une place sur la planète football.

D’autant plus que la règle de la FIFA, selon laquelle une fédération de foot est admise si elle est issue d’un Etat indépendant reconnu, a connu des exceptions avec le cas de Gibraltar. Le territoire d’outre-mer britannique est devenu durant les années 2010 à la fois membre de la FIFA et de l’UEFA.

Cette barrière levée, le principal frein reste donc les infrastructures sportives.

Le « pays vert » ne peut pas maintenir un terrain herbeux en raison du pergélisol qui enveloppe le territoire.

Ce qui explique d’ailleurs pourquoi le championnat local se déroule sur une semaine.

Pour remédier à cela, les autorités groenlandaises ont mis en place un partenariat en 2015 avec la Fédération danoise de football pour développer les terrains synthétiques (et s’inspirer du modèle islandais).

Un projet de stade moderne, l’Arktisk Stadion, est également à l’étude depuis 2015.

Toutefois le développement de ses structures nécessitent des investissements onéreux.

Or l’économie groenladaise est encore dépendante de l’aide danoise (environ 60 % du budget du pays) et les revenus tirés de l’exploitation des ressources fossiles ne sont pas encore là.

Par ailleurs, les dernières élections législatives groenlandaises en avril 2021 ont porté au pouvoir le parti écologiste.

Preuve que le Groenland souhaite certes l’indépendance mais pas en exploitant de manière déraisonnée son environnement.

Pourtant comme le dit Patrick Frederiksen joueur du club B67 à Nuuk :

« Au Groenland le football relie tout le monde. Nous voulons montrer que même si nous sommes une petite nation avec si peu d’habitants, nous pouvons jouer au football à un niveau plus élevé. »

C’est là l’enjeu du championnat local.

À la fois réunir la population éparpillée du pays autour d’un évènement phare tout en développant la pratique du football.

Qui peut être un moyen pour exposer les atouts du pays autrement que par la question climatique.

La phase finale du championnat 2022 se déroule durant la semaine du 8 au 15 août à Ilulissat, la 3e plus grande ville du pays, située à environ 350km au nord du cercle polaire arctique.

Pour l’anecdote la ville abriterait autant de chiens de traineau que d’habitants, environ 4670.

L’équipe nationale peut aussi permettre un coup de projecteur sur un pays aux premières loges du réchauffement climatique.

Si la porte de l’UEFA semble encore fermé, le Groenland pourrait faire comme son équipe de handball (présente aux championnats du Monde) et rejoindre la zone CONCACAF (Amérique du Nord-Centrale et Caraïbes).

Et ainsi rejoindre le concert des nations grâce au football.

FIN

Kévin Veyssière

Vous pouvez retrouver cet article également en THREAD sur Twitter :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.